PCF Sotteville-lès-Rouen

Service minimum dans les écoles : une déclaration de l'Association Nationale des Elus Communistes et Républicains

anecrb.JPGCommuniqué

Service minimum dans les écoles La loi doit être abrogée !

La riposte aux réformes destructrices du service public de l’école engagée par les personnels de l’Education nationale et leurs organisations syndicales, mais aussi par les parents d’élèves et plus généralement les citoyens et les élus atteint un niveau considérable.

Les élus communistes et républicains ont massivement participé aux manifestations qui se sont déroulées partout en France ce jeudi 20 novembre. Les maires, refusant la mise en place de services de substitution à l’accueil des enfants dans les écoles s’opposent à une loi adoptée dans la précipitation en vertu d’objectifs politiques partisans. Cette loi, n’est pas seulement inapplicable, elle est aussi attentatoire au choix démocratique et constitutionnel de la grève. Elle a pour unique objectif de casser la résistance à une réforme libérale qui tire l’enseignement par le bas et aggrave les conditions de l’échec scolaire. Elle ne permet pas enfin d’assurer les conditions de sécurité indispensables à l’accueil des enfants.

Les menaces d’Etat, les référés engagés auprès des tribunaux par des préfets zélés, les mises en demeure et autres menaces de sanctions n’affaibliront pas la volonté de ces élus au service de la population. L’autoritarisme du président de la République et de son gouvernement se heurtera à la volonté de préserver le contenu et la qualité du service public de l’école.

Cette journée du 20 novembre marquera, à ne pas en douter une étape très importante dans la mobilisation nécessaire pour le développement du service public d’éducation et la croissance des moyens à lui attribuer pour la réussite scolaire des élèves et pour l’égalité d’accès de nos enfants au savoir.

Montreuil le 20 novembre 2008

 

Conseil Municipal du 22 mai 2008

OCIntervention du groupe communiste : Fermetures de Classes

Olivier CHRISTOL

Les élus communistes et républicains sont préoccupés par les conditions dans lesquelles se prépare la rentrée scolaire 2008-2009 sur fond de fermeture de classes.

Il est à noter qu’une classe qui ferme, c’est un poste d’enseignant qui est supprimé.

On comprend que cela soit une gêne pour les élèves, les parents et les enseignants de la ou des classes concernées.

Il est vrai que les fermetures de classe qui sont annoncées s’inscrivent dans le cadre d’économies décidées par le Gouvernement pour réduire la dépense publique. Suppression de 22 000 postes de fonctionnaires dont 11 200 enseignants actée dans le budget pour 2008.

Lire la suite...

 

Fermetures de Classes : Courrier de Claude COLLIN

Fermetures de classes : Claude COLLIN, Conseiller Général de Sotteville Est écrit à L'Inspecteur d'Académie.

Le 14 Avril 2008

Monsieur l’Inspecteur d’Académie 5, Place des Faïenciers

76100 ROUEN

Monsieur l’Inspecteur,

J’ai appris votre décision relative à la carte scolaire pour la rentrée 2008, actant plusieurs retraits de postes d’enseignants dans les écoles de Saint Etienne du Rouvray et Sotteville lès Rouen.

Aucune évolution démographique sensible ne justifie ces fermetures si ce n’est la volonté du Gouvernement de réduire le nombre de fonctionnaires (22000 suppressions de postes en 2008) et plus particulièrement dans l’Education Nationale pour financer les choix budgétaires discutables pris l’été dernier, notamment l’adoption du paquet fiscal de 15 milliards d’€ dont bénéficieront chaque année les plus privilégiés des Français.__

Lire la suite...

 

Conseil Municipal du 27 mars 2008

Intervention du groupe communiste – Fermetures de classes annoncées

Olivier CHRISTOL

Des fermetures de classes sont annoncées un peu partout dans l’académie et notamment à Sotteville, annonce faite faut-il le rappeler après les municipales.

Il s’agit ici de 4 classes de maternelles et des postes d’enseignants correspondants.

Lire la suite...