Ce débat parlementaire a eu le mérite de faire la démonstration du fossé qui se creuse entre le Gouvernement et le nombre croissant de parlementaires qui défendent les valeurs de la gauche et notre modèle social. Des voix convergentes qui auraient dû s’exprimer lors du vote… Mais le Gouvernement veut à tout prix briser cette dynamique. C’est là la véritable raison du recours au 49-3.

S’ils étaient en nombre suffisant, les députés du front de gauche auraient eux-mêmes déposé une motion de censure, pour des raisons diamétralement opposées aux motivations de la droite.

Rarement, nous aurons vu un texte qui privilégie de manière aussi cynique que systématique l’entreprise au détriment du salarié, la consommation au détriment de la vie familiale et du lien social, la compétitivité au détriment de l’environnement, des services publics et de l’égalité territoriale.

La politique conduite par le Gouvernement de Manuel Valls et la comédie de cet après-midi confortent les députés du Front de gauche dans la nécessité de la nomination d’un vrai gouvernement de gauche au service d’une politique de progrès social et de refondation démocratique. Cette exigence ne peut passer que par la censure du Gouvernement.

André CHASSAIGNE

Président du Groupe Front de gauche à l’Assemblée nationale